rachi-de-troyes-patrimoine-mondial-et-universel-bandeau-equipe
Rachi

Rachi, un rayonnement universel

C’est dans la petite communauté juive de Troyes, protégée par les comtes de Champagne, que naquit le jeune Salomon, fils d’Isaac, en l’an 1040. Décelant chez Salomon des dons exceptionnels, son oncle lui propose d’aller parfaire ses connaissances bibliques dans les grandes écoles talmudiques de Rhénanie. Il part donc étudier à Worms.

Au contact des grands enseignants, sa personnalité s’épanouit. Sa mémoire prodigieuse et son esprit de synthèse le révèlent rapidement dans une matière difficile : l’exégèse biblique.

rachi-de-troyes-patrimoine-mondial-et-universel-rachi-au-contact-des-grands-enseignants

Après cette formation de tout premier plan, Rachi revient à Troyes et y fonde une école talmudique qui devient rapidement très réputée. Connu pour sa sagesse, sa culture et son humilité, il gagne sa vie dans ses fonctions d’enseignant, de juge à l’intérieur mais aussi en dehors de la communauté juive.

Il est l’auteur en particulier de très nombreuses Responsa, des réponses doctrinales, constituant une véritable jurisprudence. Il se livre aussi à quelques tâches agricoles, dont la culture de la vigne.

L’œuvre de Rachi

C’est dans le quartier de la Broce aux Juifs, l’actuel « tête du bouchon de champagne », que Rachi produira une œuvre universelle, tout d’abord sur le Talmud, puis sur la bible hébraïque, l’ancien testament pour les chrétiens. En 40 ans, il fera de Troyes un des plus importants lieux d’études talmudiques d’Europe. Rachi ne cherche pas à interpréter les textes sacrés comme d’autres commentateurs. Au contraire, il tente de revenir avec justesse et précision, sur le sens premier du mot.

Pour cela, il n’hésite pas utiliser la langue d’oïl, la langue vernaculaire de la Champagne, qui lui paraît plus précise, plus riche ou plus juste que l’hébreu. Il insert ainsi plus de 3 000 mots français écrits en hébreu, pour affiner ses explications. Il les complète en utilisant exemples et anecdotes pour rendre accessible un texte clos et difficile. Cet apport constitue pour de très éminents linguistes, la source répertoriée la plus ancienne du vieux français.

Son autorité est indéniable et son œuvre est immense. Elle consiste à commenter l’ensemble des textes fondateurs du judaïsme, d’en permettre une lecture claire et d’en réconcilier la lettre et l’esprit.

rachi-de-troyes-patrimoine-mondial-et-universel-rachi-autorite-indeniable

Son autorité́ est indéniable et son œuvre est immense. Elle consiste à commenter l’ensemble des textes fondateurs du judaïsme, d’en permettre une lecture claire et d’en réconcilier la lettre et l’esprit.

Rachi n’est pas le premier commentateur mais il est le « Parshandata », le commentateur par excellence de la Loi. Il livre un commentaire quasi exhaustif des textes sacrés et transmet avec justesse le sens et la profondeur du judaïsme. Sans les commentaires de Rachi, la Bible serait un livre inaccessible. Premier auteur juif à être imprimé en hébreu en 1475, il est encore aujourd’hui l’auteur français le plus publié au monde.

Il meurt à 65 ans, le 13 juillet 1105. Inhumé à Troyes, sa tombe a disparu, le cimetière juif du quartier Preize ayant été détruit au XVIe siècle pour agrandir la ville.

Après lui, de nombreux érudits, se réclamant de son école champenoise, influencent les autres communautés juives dans l’interprétation de la Bible et du Talmud. Son nom et celui du comté de Champagne se propagent alors dans tout l’Occident.

Leurs commentaires et leurs décisions juridiques sont les uniques témoignages de cette époque, attestant d’une activité intellectuelle intense et d’une vie juive locale florissante. Des théologiens chrétiens comme Nicolas de Lyre ou Martin Luther s’en inspireront et le citeront régulièrement sous le nom de Ra. Sa. (ou Rabbi Salomon).

La transmission par les femmes

Rachi fut non seulement le plus grand commentateur de la Bible et du Talmud mais il donna à ses trois filles une très solide éducation. La descendance de Rachi fut ainsi constituée de nombreux commentateurs, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom des Tossafistes.

rachi-de-troyes-patrimoine-mondial-et-universel-rachi-rachbam

Rabbi Samuel Ben Meïr, dit le Rachbam, composa un commentaire très apprécié sur la Torah, mélange à la fois de rationalité et de piété. Son frère cadet, Rabbi Jacob ben Meïr, dit Rabbenou Tam de Ramerupt, rédigea d’importants ouvrages de droit halakhique. Mais il fut surtout le plus célèbre des Tossafistes. Il n’y a quasiment aucune page des 63 traités du Talmud qui ne comporte un commentaire de Rabbenou Tam. Enfin, l’excellence fut transmise aussi à la génération suivante puisque Rabbi Isaac Ben Samuel dit le Ry, arrière-petit-fils de Rachi, devint lui aussi un très grand Tossafiste.

Cette filiation impressionnante fait de la famille de Rachi, et de l’enseignement qui y est attaché, un magnifique exemple de transmission réussie et l’une des plus belles lignées familiales de l’histoire juive.

C’est en hommage à cette exceptionnelle vitalité que le programme « Rachi – Patrimoine Mondial et Universel » est bâti.