rachi-candelabre-d-or-pur

Réalisations

« Tu feras aussi un candélabre d’or pur »

Blog « Tu feras aussi un candélabre d’or pur »

Décidemment, la Maison Rachi est vraiment un endroit extraordinaire. L’histoire de cet ascenseur en est encore la preuve.

A l’origine, l’objectif de la Maison Rachi était de rendre accessible les 3 niveaux de muséographies, aux visiteurs dits PMR (personnes à mobilité réduite). Il fallait donc trouver un endroit où installer cet appareil, et dans des bâtiments du 16ème, 17ème siècle et 19ème siècle, autant dire que c’était une chose assez complexe. Les lieus restaurés dans leur état d’origine, et dans le respect des normes de réhabilitation du secteur sauvegardé de Troyes, ne se prêtaient guère à l’ajout d’un tel appareillage.

Les architectes de la Maison Rachi, ceux de la Ville de Troyes et l’architecte des bâtiments de France durent se poser de multiples questions pour trouver la bonne lecture des textes réglementaires. Il fallait concevoir une adéquation complexe entre la nécessité de la pose de cet ascenseur et la préservation d’un bâti et d’une façade authentique.

Et la solution vint au travers de l’idée d’adjoindre à l’appareil, une paroi en verre dans laquelle se nicherait un vitrail. Cette solution fut ainsi adoptée et c’est au travers de l’œuvre originale du Peintre-Verrier de talent, Flavie Vincent-Petit, que trône désormais cette véritable œuvre d’art, au sein de la cour du Pardes. Le Vitrail représente une Ménorah et rappelle un des commentaires de Rachi.

Il est effectivement écrit dans la Bible

« Tu feras aussi un candélabre d’or pur. Le fût du candélabre portera quatre calices en forme d’amandes, avec ses boutons et ses fleurs »
Exode 25, Versets 31 et 34

Et le commentaire de Rachi :
« En forme d’amande, avec ses boutons et ses fleurs » Ce verset est l’un des cinq qui contiennent une ambiguïté́ quant à la ponctuation : On ne sait pas si ce sont les coupes qui sont en forme d’amande, ou ses boutons et ses fleurs (Yoma 52a).

Et tout est exceptionnel

Mais dans ce lieu magique qu’est la maison Rachi, les choses ne s’arrêtent pas aussi simplement car, lorsque furent prises les premières photos de l’ascenseur, que ce soit de jour ou de nuit, ce qui était mis le plus en lumière était beaucoup plus le mécanisme électrique et les câbles que le Vitrail en lui-même.

Il fut donc nécessaire à Didier Guy, l’un des artistes photographes attachés à la Maison Rachi, de produire le meilleur de son art, pour concevoir sa photo. Il eut l’idée de placer un papier calque au fond de la cabine, puis de prendre une première photo au rez de chaussée, une 2ème sans bouger son appareil au 1er étage et un 3ème, de la même manière au 2ème étage.

Après de multiples retouches sur son ordinateur et une nouvelle séance photo sur place pour régler le problème des espaces entre les étages, le résultat est apparu comme par magie.

Cette photo est l’une des plus réussies de la Maison Rachi qui pourtant est déjà un des endroits les plus photogéniques de Troyes. Elle révèle à la fois toute la majesté d’une réalisation qui sort des normes traditionnelles, à la fois moderne et respectueuse du lieu, et l’esthétique créatrice et originale de la Maison Rachi.