Actualités

Le premier mot «Au commencement», Histoire d’un contresens, Pierre-Henry Salfati.

Blog Le premier mot «Au commencement», Histoire d’un contresens, Pierre-Henry Salfati.

par Ariel Toledano

On pourrait en guise d’introduction du texte de la Genèse se contenter de la formule « Dieu créa les Cieux et la Terre » plutôt que « Au commencement, Dieu créa les Cieux et la Terre ». Rashi, le plus grand commentateur de la Bible va jusqu’à prétendre que la Torah aurait dû débuter par le douzième chapitre du livre de l’Exode qui évoque le récit de la première loi ordonnée aux hébreux, celle d’instaurer leur propre calendrier pour sanctifier le nouveau mois. 

Ainsi, tous les récits évoqués dans la Genèse auraient dû être écartés selon l’hypothèse de Rashi. Ce paradoxe est tout l’enjeu du livre de Pierre-Henry Salfati dans lequel s’articule ce qu’il nomme le mystère juif. La poursuite du raisonnement de Rashi est tout aussi surprenante. Il explique que si le récit de la Genèse est inscrit dans la Torah, c’est pour permettre au peuple juif de répondre un jour à l’accusation des nations qui lui reprocheront de voler une terre qui ne lui reviendrait pas de droit. 

C’est en ces termes que Rashi exprime la réponse à formuler face à de telles accusations « Toute la terre appartient à Dieu. Il l’a créée et Il l’a donnée à qui bon Lui semblait. C’est par Sa volonté qu’Il l’a donnée à ces peuples et par Sa volonté qu’Il la leur a reprise pour nous la donner ». Chose étonnante dans ce commentaire, c’est que Rashi ne s’adresse pas à ses contemporains. Les juifs, en effet, auraient été bien en peine de reconquérir à cette époque une terre appartenant au royaume latin de Jérusalem. Il fait donc preuve d’une analyse géopolitique quasi-prophétique qui ne se concrétisera que plus de huit siècles plus tard, soit au lendemain de la création de l’État d’Israël, en 1948, où l’on entendra cette accusation qui ne fera que s’amplifier par la suite. Il ne s’agit pas pour Rashi d’exprimer une quelconque chronologie à travers le mot Bereshit mais d’évoquer la place et le destin du peuple juif au sein des nations.

Tout au long des 32 chapitres de cet ouvrage, Pierre-Henry Salfati apporte de nombreuses explications sur les sens du mot Bereshit.

Le premier mot « Au commencement », Histoire d’un contresens

Pierre-Henry Salfati

Editions Fayard

27 janvier 2021

232 p.